Stress à tort et à travers

"Ce rendez-vous me stresse !" "J'ai un examen dans 3 semaines : je stresse à mort !" "Dès que mon téléphone sonne ça me stresse !" "Demain je dois prendre la parole en réunion, je stresse !" "Ne stresse pas ! Reste zen ! " "Je suis ultra stressé(e) en ce moment !!!! "

Hop hop hop : STOP !! Bon le stress est accusé de tous les maux là, vous ne trouvez pas ? Faut dire qu'aujourd'hui, on nous dit de l'éviter à tout prix. Mais pourquoi ? Pourquoi tant de haine face au stress ? Il ne serait pas incompris ce zoulou-là ? Allez suivez-moi, on va le regarder de plus près car je vais vous confier un secret : de nombreuses études scientifiques indiquent que le stress ne rend pas malade en soi, ça serait même le contraire : il serait bénéfique pour notre santé et notre résilience ! 😎

Et en fait, oui alors pardon à tous les parents qui font une réaction épidermique à la lecture de "en fait" promis là ça sera court 😅, en fait donc, tout dépendrait de la façon dont on le perçoit 😊


Stress | emotions  | coaching


🧐 Stress : définitions et préjugés


Commençons par le début : quand on parle de stress de quoi parle-t-on exactement ?

Le stress peut se définir comme l’ensemble des réactions produites par l’organisme soumis à des contraintes de l'environnement pour s’adapter à une situation précise, grâce à des mécanismes biologiques, comme la sécrétion de certaines hormones, et psychologiques, comme la mise en place de stratégies de défense. Ces réactions dépendent de la perception qu'a l'individu des pressions qu'il ressent. Le stress est donc un mécanisme de réponse, par exemple se mettre à courir pour échapper à un danger, ou encore être ému par un événement heureux mais inattendu, déménager, faire face à un deuil ou une séparation, ou encore faire face à de nouveaux défis tels que le télétravail avec l'école à la maison 😉

Le stress est donc une réaction tout à fait normale. Sans stress, nous perdons notre capacité d’adaptation au monde. Le stress améliore notre souplesse psychique, comportementale et émotionnelle. Plutôt pas mal non ? 😊


On entend souvent parler de bon stress et de mauvais stress. En réalité il existe 2 formes différentes de stress :

👉 Le stress aigu : stress très intense provoqué par un événement terrifiant ou traumatisant mais ponctuel et qui ne s’étale pas dans le temps.

👉 Le stress chronique : stress dû à un facteur stressant qui se répète ou se prolonge dans le temps.


Chercher à éliminer le stress a tout prix alors qu’il est aussi vital que naturel est inutile et vain. Au lieu de dépenser son énergie à lutter contre le stress, il est plus sage d’apprendre à agir de façon réfléchie, un moyen efficace de ne plus le subir et de ne pas être dans la réaction permanente.


🧐 Stress : comment ça marche ?


En situation de stress, on repère typiquement 3 éléments qui s’enchaînent de manière logique :


📌 Le premier élément, inhérent à tout phénomène de stress, est le déclencheur, qu’on appelle le stimulus. Il peut être léger (la découverte d’une contravention) ou important (l’annonce d’une maladie grave), attendu (un examen ou une prise de parole publique) ou inattendu (un accident de voiture, la perte d’un objet).

declencheurs de stress : réel, perçu ou anticipé  | stress | coaching

Il est donc primordial d'identifier nos déclencheurs, ainsi, votre centre cérébral de la peur ne sera pas le seul actif : votre cortex préfrontal qui vous permet de prendre des décisions rationnelles se mobilisera aussi 💪




📌 Le second élément est la réaction physiologique de l’organisme au stimulus. Lorsque nous nous trouvons dans des situations qui semblent menaçantes, notre hypothalamus (structure localisée dans notre cerveau) déclenche une alarme qui active deux cascades de réactions :


👉 une réponse rapide qui aura pour conséquence la libération d'adrénaline (hormone) afin de préparer le corps à une réaction rapide de combat ou de fuite,

👉 une réponse plus tardive qui déclenche la libération du cortisol, la plus importante (et plus connue) hormone de stress.


Ces deux cascades nous permettent non seulement de faire face aux situations stressantes immédiates mais nous préparent aussi à des situations similaires futures en renforçant notre mémoire de ce que nous venons de vivre.


Vous voulez en savoir plus sur ces 2 cascades ? Je vous invite à aller ici 😎


📌 Enfin, le troisième élément est l’attitude adoptée face à ce stress. Il est probable qu’à la suite du stimulus initial et de la réaction physiologique, le cerveau (encore lui !) imagine d’autres scénarios catastrophiques au point d’anticiper sur de futurs phénomènes de stress. C’est cette anticipation permanente qui va générer de l’anxiété et conduire, à terme, à des troubles anxieux.


🧐 Stress : qui est concerné ?


Et bien là on va se mettre tous d'accord : le stress ça touche tout le monde ! C’est une réaction de l'organisme qui doit faire face à une situation précise : l'organisme doit s'adapter et se préparer. C'est une réaction normale (oui je l'ai déjà dit). En revanche nous ne sommes pas tous égaux face au stress. En réalité, un même facteur de stress engendre des réactions très différentes selon les individus et la réponse de notre corps dépend de la représentation que nous nous faisons de l’élément stressant et de notre capacité à y faire face. En modifiant nos pensées, nos comportements dans des situations jusque-là vécues dans la tension, nous pouvons modifier les réactions de notre organisme.

Le stress peut nous aider à surmonter rapidement une situation dangereuse, inattendue ou inquiétante, mais il peut aussi devenir excessif et avoir des répercussions sur notre santé, notamment quand il s’installe dans la durée.


🧐 Stress : paillettes ou épouvantail ?


📌 Côté paillettes :


Le stress est bénéfique quand il s’agit de réagir vite pour se protéger contre certains dangers par la fuite, l’évitement ou l’attaque. Lorsqu’on est stressé, c’est donc tout le corps qui se met en alerte (cœur, respiration, tension musculaire) : se mettre à courir pour échapper à un danger (pour éviter une voiture qui vous foncerait dessus, on est bien content de réagir rapidement et pouvoir partir rapidement en courant ! 😬).

stress |  fuite  | combat  | coaching

Le stress est donc non seulement utile, mais nécessaire à la survie. C’est ce qu’on appelle le stress aigu, qui correspond aux réactions de notre organisme quand nous faisons face à une menace ou un enjeu ponctuel, et qui disparaît quand la situation de stress prend fin.



📌 Côté épouvantail :


Le stress devient nocif s’il dure trop longtemps. Quand la situation stressante se prolonge, se renouvelle souvent, ou quand nous pensons ne pas parvenir à la surmonter, alors le stress devient nocif car le cortisol (hormone du stress par excellence) est sécrété en excès et inonde le cerveau. C'est donc l'intensité et la répétition du stress qui est problématique. Dès 1936 un médecin hongrois, Hans Selye, a défini la réaction de stress comme l’ensemble des réponses de l’organisme à une sollicitation de l’environnement, qu’il a nommé le « syndrome général d’adaptation ». Face à une contrainte extérieure ou interne à notre organisme, la réaction de notre corps est normale, physiologique, et permet de s’y adapter ou de la combattre. Mais si elle se prolonge, l’équilibre se rompt parfois entre nos capacités d’adaptation et les exigences du milieu. L’organisme s’épuise et la réaction de stress devient pathologique.


effet du stress aigu ou chronique  | stress | coaching

C’est notre perception de la situation – nous considérons, ou pas, une échéance à respecter ou une douleur comme intenable ou frustrante – qui détermine si nous la vivrons, ou pas, comme stressante. Nous ne réagissons donc pas tous de la même façon face à une difficulté ou une agression. Divers facteurs interviennent : le type et la durée du stress, le contexte dans lequel nous nous trouvons, notre âge, notre sexe, nos gènes, et même des facteurs extérieurs, dits épigénétiques, qui modifient l’expression de nos gènes. Difficile donc de prévoir la réaction de stress de notre organisme !


Pour en savoir plus sur la génétique et le stress, les effets à long terme du stress je vous invite à aller lire sur ce post 😉


🧐 Stress et émotions


Face à une situation stressante le corps réagit, et l’esprit s’y met aussi : nous évaluons la situation, la menace qu’elle représente et nous raisonnons, nous agissons pour régler le problème ou pour diminuer certaines de nos émotions. Le stress joue un rôle de régulateur des émotions. Quoi elle a dit quoi là ? Mais ça va pas de balancer des choses comme ça ! Alors oui le stress joue un rôle de régulateur des émotions.

Je m'explique : le stress est un mécanisme de réponse pouvant amener différentes émotions, dont l'anxiété. Souvent on mélange les deux je stresse à toutes les sauces et j'ai peur aussi à toutes les sauces (oui tant qu'à faire). Et bien non : le stress est différent de la peur. La peur est une émotion, le stress n'en est pas une. Le stress n’est pas une émotion mais une réponse « en cascade » du corps tout entier face à un danger, réel ou supposé. Cette riposte immédiate créé une tension corporelle et psychique et provoque des émotions, comme la peur qui conduit à imaginer le pire.

| stress  | emotions  | coaching  | neurosciences  |

Pour en savoir plus sur la peur je vous invite à lire ce post.


Rassurez-vous il existe plein d'astuces pour apprendre à gérer son stress ! Pour en savoir plus allez par ici.


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le 😉

Vous avez des questions ? N'hésitez pas à me contacter 😊


Bibliographie :

Cerveau&Psycho, n° 130, 2021

Cerveau&Psycho, n° 119, 2020

Cerveau&Psycho, n° 103, 2018

L. D. Salay et al., A midline thalamic circuit determines reactions to visual threat, Nature, vol. 557, pp. 183-189, 2018

K. Yackle et al., Breathing control center neurons that promote arousal in mice, Science, vol. 355, pp. 1411-1415, 2017

B. M. Savage et al., Humor, laughter, learning, and health ! A brief review., Adv. Physiol. Educ., vol. 41, pp. 341-347, 2017.

A. Crum et al., The role of stress mind- set in shaping cognitive, emotional, and physiological responses to challenging and threatening stress, Anxiety, Stress & Coping, vol. 4, pp. 379-385, 2017

Cerveau&Psycho, n° 94, 2017

Cerveau&Psycho, n° 56, 2016

G. Singh Bains et al., Altern. Ther. Health Med., vol. 21, pp. 16-25, 2015

Luders et al., Forever young (er) : potential age-defying effects of long-term meditation on gray matter atrophy, Frontiers in Psychology, vol. 5, p. 1551, 2015

B. A. Pickut et al., Mindfulness based intervention in Parkinson’s disease leads to structural brain changes on MRI : A randomized controlled longitudinal trial, Clinical Neurology and Neurosurgery, vol. 115, pp. 20 419- 20 425, 2013

R. E. Wells et al., Meditation’s impact on default mode network and hippocampus in mild cognitive impairment : Pilot study, Neuroscience Letters, vol. 556, pp. 15-19, 2013

L’Essentiel Cerveau & Psycho, n° 10, mai-juillet 2012

Cerveau&Psycho, n° 52, 2012

A. Keller et al., Does the perception that stress affects health matter ? The association with health and mortality, Health Psychology, vol. 31, pp. 677-684, 2012

L. Visu-Petra et al., Cognitive control goes to school, in Procedia-Social and Behavior Sciences, vol. 11, pp. 240-244, 2011

T. Jacobs et al., Intensive meditation training, immune cell telomerase activity, and psychological mediators, in Psychoneuro- endocrinology, vol. 36(5), pp. 664-681, 2011

J. Grant et al., A non-elaborative mental stance and decoupling of executive and pain-related cortices predicts low pain sensitivity in Zen meditators, in Pain, vol. 152, p. 150-156, 2011

B. Hölzel et al., How does mindfulness meditation work ? Proposing mechanisms of action from a conceptual and neural perspective, in Perspectives on Psychological Science, vol. 6(6), pp. 537-559, 2011

F. Huppert et al., A controlled trial of mindfulness training in schools : the importance of practice for an impact on well-being,in The Journal of Positive Psychology, vol. 5(4), 2010

Cerveau&Psycho, n° 33, 2009

M. Bernier et al., Attention et performance sportive : état de la question en psychologie du sport appliquée, in Staps, vol. 83, 2009

R. D. Oudejans, Reality based practice under pressure improves handgun shooting performance of police officers, in Ergonomics, vol. 51(3), pp.261-273, 2008

S. L. Beilock et al., Putting in the mind versus putting on the green : Expertise, performance time ans the liking of imagery in action, in Quarterly J. of Explique. Psychol., vol. 61(6), pp 920-932, 2008

29 vues0 commentaire